Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 20:11

Lorsqu’un peuple fait face, comme c’est le cas de celui du Cameroun, à des difficultés qui survivent à sa volonté de les résoudre, il finit par espérer que celles-ci seront surmontées grâce à l’action providentielle d’un messie qu’on se représente individuellement et collectivement comme un grand et bienveillant thaumaturge.

Lassés d’être sous la domination babylonienne, gréco-romaine ou assyrienne, en plus de l’épreuve de la captivité en Égypte, les Hébreux ont fini par attendre que Yahvé leur envoie un messie avec pour mission de les libérer politiquement de la domination dont ils étaient souvent l’objet.

Il n’y a donc rien de neuf sous un soleil condamné à rendre compte, sous la lumière inextinguible de ses puissants projecteurs, de la prédisposition des peuples, en situation de crise, à solliciter l’intervention thaumaturgique d’un messie qu’un dieu omnipotent, omniprésent et omniscient peut charger de la mission de sauver un peuple en détresse.

La conséquence de cette mentalité magico-religieuse est, entre autres, l’irruption de faux messies sur les scènes sociopolitiques fort critiques. Si les Hébreux qui s’accordaient à croire qu’il leur fallait un messie pour les sortir de la sujétion dont ils étaient constamment l’objet dans l’histoire ont pu douter du statut messianique de Jésus, c’est à cause de l’imposture de faux messies dont ils ont eu l’expérience.

Politiquement, le peuple camerounais attend qu’un messie le libère de la domination des maîtres politiquement si déterminants qu’ils lui imposent cyniquement leurs préférences sympathiques et s’autorisent à consolider leur règne dans des plateformes mafieuses et sectaires où ceux qui espèrent qu’il leur sera donné un strapontin sociopolitique doivent impérativement prendre leur inscription.

L’approche messianique dont il s’agit ici, et qui est remarquable dans toute société considérablement en crise, n’a rien de pertinent. Elle est simplement symptomatique de l’ampleur de la crise sociopolitique qui sévit dans une Cité. Profitant de la pauvreté caractéristique de la mémoire collective, ceux qui ont collaboré au maintien de l’ordre dont ils dénoncent maintenant les tares, se présentent aujourd’hui comme des messies investis de la mission de libérer le peuple camerounais de la domination à la consolidation de laquelle ils ont pourtant œuvré en tant que ceci ou cela.

S’il veut accéder à la pleine jouissance de sa souveraineté contre un ordre politiquement et économiquement établi par des mafiosi et des sectaires avides et considérablement violents, le peuple camerounais doit d’abord procéder à l’identification et à la dénonciation de tous ces faux messies qui prétendent pouvoir le sauver.

 

Prof. Lucien AYISSI

Université de Yaoundé 1 (Cameroun)

Partager cet article
Repost0

commentaires