Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2021 4 07 /10 /octobre /2021 10:43

Mettre les amants de Pandora, cette exolune, en procès revient à faire comparaître à la barre du tribunal des terriens ceux qui, comme les astrophysiciens, se passionnent pour un phénomène planétaire dont la faute serait de remettre en cause la place privilégiée que la lune semble occuper dans la galaxie solaire. Qu’est-ce qui pourrait donner à cette juridiction la compétence qu’il faut pour traiter pertinemment d’une imputation aussi insolite ? Suffit-il à cette exolune de remettre en cause la prétention de la lune à occuper exclusivement la place qu’on lui a souvent reconnue, par ignorance du caractère infini de l’univers, pour qu’elle doive être mise en accusation dans un tribunal dont la compétence universelle est à établir ?

Pandora, qui signifie ‘‘tous les dons’’, est aussi l’épouse d’Épiméthée, c’est-à-dire celui dont l’esprit est en escalier, bien qu’il soit le frère du brillant et prudent Prométhée. Quelle imputation d’illégalité pourrait-on faire peser sur son cher époux, quand on sait que l’amour n’est pas un sentiment dont on se rendrait coupable d’éprouver ?

         Mais dans le mythe grec de Pandora, comme dans celui hébraïque d’Éva, la femme est la figure par laquelle survient le mal ; c’est par son biais que la commission de la faute est possible. Dans les deux cas, aimer Pandora ou Éva revient à commettre une grosse culpa.

En publiant les Pandora Papers, qu’ils auraient pu aussi appeler les Éva Papers, des journalistes ont pris sur eux le risque de dénoncer ceux qui se plaisent à faire clandestinement l’amour à Pandora dans des paradis fiscaux, tous frais payés grâce à des comptes offshores. La faute commise par eux consiste moins à aimer la belle Pandora qu’à nouer avec l’épouse d’Épiméthée une relation amoureuse condamnable, eu égard à son caractère adultérin. Le sentiment de colère qu’éprouvent aujourd’hui les différents amants de Pandora, indique qu’ils sont eux-mêmes conscients de la gravité de la faute qui peut leur être imputée, s’il s’avérait qu’ils ont vraiment entretenu des rapports légalement et éthiquement répréhensibles avec la femme d’autrui.

Par le fait de mettre à l’abri des regards inquisiteurs des trésors pouvant avoir une origine douteuse, les différents amants de Pandora se dénoncent comme suspects de dissimulation d’une faute. S’ils enragent aujourd’hui contre ceux qui ont ouvert la jarre de Pandora, c’est parce que ces derniers donnent au monde entier la possibilité de savoir qu’elle contient beaucoup de maux.

 

Prof. Lucien AYISSI

Université de Yaoundé 1 (Cameroun)

Partager cet article
Repost0

commentaires